Choisir une méthode naturelle de régulation des naissances implique effectivement des périodes d'abstinence, notamment pendant les périodes fertiles quand on souhaite différer une naissance. Pour que la méthode soit efficace, il faut comprendre qu'abstinence signifie:

  • Pas de rapports sexuels
  • Pas de contacts génitaux (donc pas de retrait, coït interrompu, étreinte réservée, union de tendresse)
  • Pas de contraceptif (type préservatif, féminin ou masculin, ou spermicide)

En effet, si vous souhaitez différer une naissance, si vos motivations sont réelles et sérieuses, est-ce bien raisonnable d'utiliser une technique que l'on sait faillible au moment où vous êtes le plus fertile ? 

Mais pourquoi ses "techniques" sont-elles faillibles ?

  • Le retrait, coït interrompu ou étreinte réservée

Même s'il n'y a pas éjaculation, du liquide séminal contenant des spermatozoïdes s'écoule. Vous en faites l'expérience puisque vous pouvez constater par vous-même une lubrification sur le pénis de votre conjoint. A partir du moment où il y a pénétration, ce liquide séminal peut être déposé à l'intérieur du vagin et donc il peut y avoir fécondation.

Même s'il n'y a pas pénétration, un simple contact génital, c'est-à-dire sexe contre sexe, peut permettre à un spermatozoïde, grâce à la glaire à ce moment-là fertile, de remonter de la vulve au vagin, du vagin à l'utérus jusqu'à l'ovule.

  • Le préservatif ou spermicide

Dans des conditions d'utilisation courantes, le taux d'échec du préservatif est de 11 à 20%. Cela s'explique principalement par des déchirures du préservatif ou une mauvaise mise en place de celui-ci. De plus, la plupart des couples utilise le préservatif au moment de la pénétration alors qu'il y a déjà eu des contacts génitaux. Nous avons vu au-dessus que cette pratique pouvait entrainer une fécondation.

Par ailleurs, les contacts génitaux et les contraceptifs ont une incidence sur vos observations. Si vous utilisez ces méthodes pendant vos périodes fertiles, vous prenez le risque de ne plus pouvoir observer votre glaire cervicale de façon optimale et donc de ne pas identifier des signes importants comme votre jour sommet, un PIB interrompu, l'entrée en période post-ovulatoire… Ce serait dommage de continuer à utiliser le préservatif ou de pratiquer le retrait alors que votre ovulation est passée depuis quelques jours !

Pourquoi ces pratiques ont-elles une incidence sur les observations ?

  • Pour favoriser la pénétration, le vagin se lubrifie. C'est l'humidité que vous ressentez pendant un câlin ou quand vous avez envie de vous unir à votre conjoint. Ces sécrétions ne sont pas de la glaire cervicale, mais vous pouvez les confondre.
  • Les lubrifiants des préservatifs et les spermicides peuvent également entrainer une sensation d'humidité, que l'on peut confondre avec la glaire cervicale.